top of page

Atelier sur les futurs durables pour l'Assemblée de la transition de l'Université de Lausanne


Atelier d'une demi-journée en présentiel pour 60 personnes

Méthodes : Carte du futur dans l'espace, Mythes du futur, carte des futurs désirables versus futurs probables

 
 

© Nora Rupp

J'ai accompagné l'Assemblée de la transition de l'Université de Lausanne (UNIL) avec un atelier qui a ouvert ses travaux en faveur d'une transition durable de l'UNIL.


 
 

L'Assemblée a un an pour formuler des mesures pour une transition écologique juste et équitable à l'attention de la direction de l'UNIL.


L'Assemblée est composée de 60 personnes représentant les usager.e.x.s et contributeurs.trice.x.s de l'UNIL.


 

Nous avons ouvert l'Assemblée avec un atelier autour des Mythes du futur (> plus d'infos : page des Mythes du futur) qui offre une très bonne base pour objectiver et questionner les principaux récits archétypiques du futur.























L'objectif était de découvrir différents récits ou visions du futur durable et leurs relations à la nature humaine et physique et aux technologies.


Nous nous sommes ensuite demandé pour quelles raisons nos récits et visions désirables de l'avenir ne coïncident souvent pas avec ce que nous tenons pour probable à l'avenir ?


Dans quelle mesure cela est-il lié à notre perception de la "nature humaine", c'est-à-dire à la perception que nous avons de nous-mêmes individuellement et collectivement ? Et dans quelle mesure ces perceptions de soi limitent-elles notre capacité d'action et notre horizon de possibilités ? De quelle manière ces perceptions de nous-mêmes influencent-elles également nos relations avec l'environnement et la technologie ?

Par exemple : Quel potentiel de changement et de transformation nous donnons-nous ?

Quelle probabilité voyons-nous pour que la société s'attaque à la crise climatique et environnementale par une action décisive et responsable ?

Quelle confiance avons-nous dans la capacité des personnes à co-construire une société juste et inclusive pour tous ? Et dans la capacité de la politique à gouverner la technologie pour le bien commun ?


Nous nous sommes ensuite demandé comment trouver un terrain d'entente entre nos différentes conceptions de la nature humaine et de ses relations avec la nature et la technologie.

© Nora Rupp


Cet atelier sur les visions du futur durable a permis d'offrir une base et compréhension communes aux membres de l'Assemblée et a ouvert le processus d'un an de l'Assemblée visant à formuler des mesures pour une transition écologique de l'Université d'ici à 2050.




« Cette session a été fondamentale pour le travail de l’Assemblée : les futurs esquissés ce jour guideront les membres dans les propositions de mesures nécessaires pour les atteindre. »

 


Comments


bottom of page